Ancré sur la ville, mon travail interroge les espaces du quotidien sans qualité revendiquée, jugés trop banals ou ordinaires pour susciter l’intérêt d’un regard ou justifier que l’on s’y arrête. On reconnaît des interstices urbains, des espaces aux franges de la ville dense et de sa périphérie, des zones d’activités, des « entre-deux » dévolus à la circulation, des friches en attente d’affection….L’inventaire de ces fragments ordinaires, mis bout à bout, permet de recréer le sens poétique d’un lieu et de ré-enchanter l’ordinaire de la ville. Le déplacement du regard permet d’envisager un devenir et de nouvelles significations pour ces espaces.